Attention ! Le forum est fermé, ne pas s'inscrire.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les ricochets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allian


avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Prénom: Allian
Nom:
Clan: Bien

MessageSujet: Les ricochets.   Ven 6 Sep - 14:32

Est-ce le ciel? Est-ce l'océan? Ou tout simplement deux étendues aux couleurs froides qui se font front à l'horizon, l'ultime séparation imaginaire que l'on donne à cette limite trouble. La première surface recouvre la seconde de brume, de légèreté, tandis que celle-ci se défend grâce à la houle incertaine. Si par un heureux hasard, ou malheureux - à vous d'en juger, ou si tout simplement votre imagination vous joue des tours, vous constatez que les deux rivaux ont inversé les rôles, vous vous rendrez compte que la mer vous paraîtra plus sombre et plus menaçante. A chaque instant, vous craindrez qu'elle ne tombe sur vous et ne vous engloutisse, car n'est pas humain que d'avoir peur de la mort? D'ailleurs, le paradis n'est-il pas destiné à rassurer les vivants?
Songeur, notre rêveur continuait son exercice, aussi bien mental que physique. Car après tout, il fallait le voir pour y croire, et pour le voir, il faut s'en donner les moyens. Ainsi notre cher espion, la tête à l'envers, exécutait un équilibre sur le sable blanc. Après plusieurs essais, il retira un bras. Les minutes s'écoulèrent dans le silence. Après une longue expiration, il s'accroupit enfin face au ressac, le visage humide. Contemplant les flots une fois de plus, il se demanda si au plus profond de lui son cœur était mer ou ciel. Il ne trouva pas de réponse, et s'en froissa ; notre jeune homme avait vécu dans les sombres quartiers de Liett comme vous le savez sûrement déjà, accomplissant les missions de Krud, le trafiquant d'âne. Oui dit comme ça, l'affaire ne parait pas sérieuse... Mais figurez-vous que lorsque vous vous tenez devant la personne cible à abattre, vous ne pensez plus du tout aux bestiaux de votre chef. Peut être que le cœur de l'espion était simplement divisé en deux parties égales... entre ses méfaits accomplis et ses pensées.
Resserrant ses bandages, l'humeur d'Allian se ternit, comme un automne soudainement tapissé de neige. Il n'arrivait pas à s'y faire. Loin de My, loin d'Orest, loin de Liett, loin de Kebren... le voyageur avait l'impression que le monde avait arrêté de tourner...
Que temps s'était figé.
Et qu'il était seul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celiaron

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 20
Pays : Siartt

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Mer 11 Sep - 13:08

Un petit groupe de filles, toutes en robe s’amusaient à s’éclabousser autour d’une fontaine. Elles rigolaient d’un rire cristal. Leurs parents leurs avaient appris à rire seulement de cette façon car sinon les comptes et duchesses les traiteraient de vulgaires. Elles tournaient et virevoltaient. On ne voyait qu’un flot de couleur et de dentelles blanches  qui se suivait quand soudain l’une des jeunes filles se vautra. Sur le coté. Toute fille classe ne devait pas tomber a plat sur le ventre bruyamment. Cély, la seule qui était maladroite. Elles s’arrêtèrent de tourner et la regardèrent.
-Oh ! Cély est tombée ! La pauvre vite ! Hâtez-vous d’accourir chercher de l’aide ! Dépêchez vous !

Cély avait les larmes aux yeux, son genou saignait et son collant était tellement effiloché à la suite du gros trou  qu’il ne servirait plus à rien. Ses parents allaient encore être exaspérés devant sa robe et ses collants déchirés. Elle resta assise parterre pendant 10 bonnes minutes tandis que les autres prenaient de l’eau dans leurs mains et la versaient sur la plaie. Cély se releva et essaya de ne pas boiter jusqu'à sa chambre laissant ses amies dans le jardin puisque celles qui étaient parties chercher de l’aide ne revenaient pas. Elle passa par la porte principale du jardin commun aux trois demeures. Un portier lui ouvrit galamment la porte sur un grand escalier de marbre blanc. La montagne à gravir.
elle leva la jambe doucement et la posa délicatement sur la première marche. Aïe. Les jeunes filles des seigneurs étaient toujours de petites précieuses carrément chochottes. Elle recommença ce geste jusqu'à la dixième marche où elle croisa son valet. Elle avait beaucoup de sympathie pour lui. IL l’examina et buta sur le genou.
- Mademoiselle est tombée ? Laissez -moi vous mener jusqu'à votre chambre !
-Oh ! Frédéric ! Je t’ai déjà dit de ne pas me vouvoyer ! Oui je veux bien que tu m’aide !

Il la prit dans ses bras et marcha jusqu’a la chambre de Cély où il l’y déposa.
-Merci Frédéric ! C’est très gentil à toi.
La mère de Cély arriva rapidement. Mais pourquoi ?
-Céliaron, demain nous irons à la mer, ton oncle nous propose de venir le voir au château familial au Golf du Médant. Demande à Mlle Orina de préparer ta valise, nous partons 3 semaines environs.

-Oui  mère  mais demain...
Mme Akitta était déjà partie , pas la peine d’écouter sa fille puisqu’elle ne choisirai pas si ils iraient .
- Demain je suis invitée chez les Irani.
Cély appela Mlle  Orina et partis manger.
A la fin de ce long et ennuyeux repas Cély retourna ce coucher. Demain une longue journée l’attendait.

Réveillée par Mlle Orina, Cély se fit coiffer, habiller et décorer comme un paquet cadeau et descendit  en boitant jusqu'à la calèche. Une quatre chevaux, toit fermé et portes dorées, toute neuve. Son père venait sûrement de l’acheter pour épater son frère. Elle monta difficilement la margelle avec son genou sur le côté. Le long voyage pour la Mer d’Orlante débuta.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci beaucoup Bridgess Pour l'avatar et la signa! Very Happy Ils sont trop beaux!!!! T'es trop forte en graph !! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meïl

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 30/01/2013
Age : 20
Pays : France

Feuille de personnage
Prénom: Meïl
Nom: ~
Clan: Bien

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Mer 11 Sep - 17:17

La Mer d'Olrante ! Émerveillée, Meïl sourit devant la plage qui s'étendait devants ses yeux. Le soleil radieux éclaboussa son sourire. Cela faisait longtemps que Meïl voulait venir ici. Qu'elle voulait voir la mer. Lorsqu'elle était enfant, elle avait toujours adoré écouter sa mère lui parler de cet endroit. A travers ses mots, les plus simples marées prenaient des allures d'effroyables tempêtes, et le plus petit grain de sable avait les couleurs d'un trésor inestimable.
Meïl savait que la description n'était qu'un compte que sa mère s'amusait à embellir de jour en jour. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de trouver ce lieu magique, presque irréel. Le fantastique de la plage n'était pas démenti par l'homme qui s'y trouvait. La tête à l'envers, il semblait se jouer de la pesanteur. Meïl ne put s'empêcher de penser qu'il ressemblait aux personnages qui habitaient ses comtes. Seul devant l'immensité de la mer, il aurait très bien put être un aventurier en quête de merveilles ou un pirate sanguinaire.

Seul. Ce fut le premier mot qui vint à Meïl lorsqu'elle le vit. Tout comme les héros, il y avait cette solitude qui pesait sur lui. Meïl s'avança. La mer la fascinait peut-être moins que le personnage qui la contemplait. La jeune fille savait que son imagination un peu trop frivole était souvent trompeuse. Mais elle avait envie de connaitre cette personne. Meïl s'approcha encore et sourit.
-Bonjour Monsieur ! J'espère que je ne vous dérange pas trop... Je... S'il vous plait, Monsieur... Est ce que vous pourriez m'offrir une question ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allian


avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Prénom: Allian
Nom:
Clan: Bien

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Jeu 12 Sep - 18:01

Une silhouette féminine apparut au loin. Plus elle se rapprochait, plus Allian s'activait. Malheureusement sa bandelette abritait une multitude de grains de sable, l'empêchant de l'enrouler autour de sa vilaine plaie. Avant même qu'il ne finisse de la remettre en place, la promeneuse l'interpella :
-Bonjour Monsieur ! J'espère que je ne vous dérange pas trop... Je... S'il vous plait, Monsieur... Est ce que vous pourriez m'offrir une question ?
Stupéfait puis amusé, la malice brilla dans les yeux du jeune homme, encore concentré sur son ouvrage. D'après le ton, c'était surement une jeune personne.
- Vous souhaitez m'offrir une question? Vous seriez la première à m'offrir un tel présent, Mademoiselle. La générosité est une bien grande imprudence ces temps-ci... Vous êtes bien chanceuse, je ne suis ni un assassin, ni un monstre...
Il n'avait pas parlé à quelqu'un depuis plusieurs semaines, alors il ne posa pas la main sur son poignard l'histoire de paraître plus social. Un passé vécu constamment dans la crainte laissait de profondes marques, indélébiles. Heureusement pour Meïl, cet ex-espion n'était pas un homme assoiffé de sang ou encore un monstre. Pourtant, c'était une réelle négligence de sa part. Car,  par les temps qui couraient, il valait mieux être très prudent... Certaines espèces de monstres en provenance de la Déléane étaient capable de se métamorphoser ou étaient naturellement constitués physiquement comme des êtres humains.
Puis quand Allian leva les yeux sur le visage chaleureux qui le regardait, il se rendit compte du jeune âge de cette fille et en fut choqué. Depuis quand les fillettes de quinze ans se promenaient seules, alors que la guerre faisait rage partout en Edrillon?
Toute malice ayant disparut en lui, le jeune homme regarda la fille dans les yeux.
Le visage sombre.
Menaçant.
- Rentrez chez vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celiaron

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 20
Pays : Siartt

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Ven 13 Sep - 14:50

Une calèche arriva sur le chemin qui longeait la mer. La calèche avançait doucement pour s’arrêter ensuite devant un château de plaisir. Fait aucunement pour la guerre. Personne ne devrait y être en ce temps-ci mais le palefrenier descendit et ouvrit la portière du véhicule. Il ouvrit la porte sur une dame vêtue de bleu marine profond, une robe qui couvre tout le corps, du bout des pieds au cou. Elle devait être âgée pour porter ce genre de vêtement. Elle renifla l’air d’un air de soulagement puis fronça les sourcils :
- Monseigneur Akitta ne nous reçoit pas ? Céliaron descends ! Il ne devrait pas tarder à arriver !

Cély qui regardait le paysage par la fenêtre regarda sa mère et acquiesça d’un mouvement de la tête.
Comme ça faisait du bien de sortir de cet engin de malheur ! Un valet arriva un sorti les bagages du coffre et du toit de la calèche. L’oncle de Cély arriva et entama une grande discutions sur le voyage et le beau temps. La jeune fille s’éclipsa discrètement.
Elle marcha droit vers la mer. Le vent était doux. Le sable rentrait dans ses chaussures et ses collants. Cély les enleva. Elle avait marché dans le sable qu’une fois auparavant. Les jeunes filles de son rang ne devaient pas retirer leurs chausses pour marcher pieds nus. C’était formellement déconseillé. Elle regarda au loin, la mer et le ciel se livraient bataille à force équitable. Une longue promenade de sable parcourait le chemin que la calèche avait longé. Elle regarda à gauche : rien à part deux personnes. Elle s’assit confortablement dans un creux que formait le sable, pleins de petits grains tombèrent dans sa robe. C’était magnifique, tout simplement.
Elle regarda le paysage cinq minutes et se leva, les chaussures à la main. Elle marcha dans le sable pendant  deux minutes vers les deux personnes puis Cély entendit une voix au loin. Une voix familière. Hum...celle de sa mère.

-CELIAROOOooooon !
Le vent portait les paroles de Mme Akitta.
-Renntreeeee iiimmmédiaaatemeeennnnnt !!! Ne t’approche pas deeees iiinconnuuuuuus !

Elle n’avait pas l’air contente.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci beaucoup Bridgess Pour l'avatar et la signa! Very Happy Ils sont trop beaux!!!! T'es trop forte en graph !! <3


Dernière édition par Celiaron le Jeu 19 Sep - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meïl

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 30/01/2013
Age : 20
Pays : France

Feuille de personnage
Prénom: Meïl
Nom: ~
Clan: Bien

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Dim 15 Sep - 17:59

La réplique claque, cinglante. Surprise, Meïl ouvrit de grands yeux étonnés. Cet homme n'était peut-être pas un assassin, ni un monstre. Mais certains mots tuent bien plus facilement qu'une lame, Meïl en était persuadée. Elle se demanda si l'homme qui lui faisait face assassinait par les mots.
"Rentrez chez vous." Ce n'était pas une simple phrase, c'était un verdict qui la condamnait. Bien sûr, c'était simple pour lui, de rentrer quelque part, dans un foyer chaleureux qui l'accueillerait les bras ouverts ! Pour Meïl, c'était seulement une illusion. Pour elle, une éternité s'était déjà écoulée depuis qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Et puis, que trouverait-elle en rentrant ? Les murs froids de la solitude, l'air pesant de silence, le lourd poids du passé ?
-Impossible. Je ne rentrerai pas...
Meïl esquissa un sourire désolé. Elle s'en voulait de tenir tête comme ça à un inconnu. Mais elle ne pouvait tout simplement pas lui mentir, partir en disant qu'elle allait retrouver les jupes de sa mère et ses nombreux frères et soeurs... A quoi bon mentir quand on s'efforce de trouver la vérité ?
-Vous savez, Monsieur... Il ne faut pas dire ça à des gens que vous ne connaissez pas... On ne sait jamais à quel point on peut blesser quelqu'un puisqu'on ne sait pas qui ils sont...

A cet instant, Meïl se demanda si elle ne ferait pas mieux de partir. Elle ne voulait pas s'imposer avec ses questions folles et ses phrases insensées. Mais il y avait cette image, la première qu'elle avait de lui, cette image étincelante d'irréel, qui l'empêchait de partir. Elle voulait prolonger l'instant, ne serait-ce que quelques minutes. Juste par curiosité. Juste parce que la mer était belle, parce que le soleil était radieux et que cet homme était seul. Juste pour savoir pourquoi les héros ont l'air de personnes si merveilleuses.
-Monsieur... Qui êtes vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allian


avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 20

Feuille de personnage
Prénom: Allian
Nom:
Clan: Bien

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Lun 16 Sep - 17:33

- Impossible. Je ne rentrerai pas…
Un grand froid s'installa entre les deux individus, perdus au milieu d'une plage déserte. Le sourire peint sur la figure de la jeune voyageuse, donnait l'étrange impression que ce n'était pas la fin qu'elle souhaitait, au plus profond d'elle-même. Allian demeura silencieux.
-Vous savez, Monsieur... Il ne faut pas dire ça à des gens que vous ne connaissez pas... On ne sait jamais à quel point on peut blesser quelqu'un puisqu'on ne sait pas qui ils sont...
Pourquoi fallait-il que tout ce passe ainsi? L'histoire aurait peut être du s'arrêter ici. Cette personne, cette innocente serait partie. Rien de tout cela ne serait arrivé.
- Monsieur... Qui êtes vous ?
- Je ne sais pas pourquoi vous vous intéressez tant à moi, mais ce n'est pas une bonne chose. Je ne suis pas quelqu'un de bien, ou encore moins un de ces aventuriers qui cherchent le bonheur alors qu'ils l'ont déjà, comme l'amour d'une jeune femme, un foyer, un rêve. Si je vous ai demandé de rentrer chez vous, ce n'est pas pour une mauvaise raison. La guerre, ce n'est pas beau. Elle est parfois invisible, mais présente. J'ai tout perdu lorsqu'elle s'est manifestée. Tout ce a quoi j'ai rêvé a été anéanti. La dernière chose que je souhaite, c'est qu'une enfant ait à subir le même sort.
Le cœur gros, l'ex-espion acheva de remettre son bandage. Puis il ricana en pensant à leur discussion :
- Vous dites que je vous ai blessée ma chère? Savez-vous vraiment ce que c'est, la douleur? Enfin, qu'est ce que j'en sais… Peut être que vous êtes comme moi.
Il se leva et intima à sa voisine :
- Je vais vous montrer mon exact opposé, pour vous faire une idée de ma personne. Mon contraire vous ressemble aussi, étrangement, peut être parce que c'est une enfant et qu'elle est seule. Vous voyez cette fille au loin qui nous observe? demanda-t-il d'un signe de tête, narquois. Richement vêtue, se pavanant dans les palais et les jardins somptueusement ennuyeux… En ce moment même, elle mise tout. Qui vous dit qu'un monstre n'arriverait pas à cet endroit dans la seconde? Ce genre de personne, voyez vous, me désespère le plus au monde. Moi qui rêvait d'un trésor, d'une fortune éternelle… Mais comme je le disais tout à l'heure, je ne souhaite pas qu'une mauvaise aventure la pousse à tout perdre.
Un rapide coup d'œil à l'horizon, et Allian était déjà en train d’affûter son poignard, assis en tailleur.
- D'ailleurs, vous allez mieux comprendre pourquoi je vous ordonne officiellement de vous enfuir ma jolie. Sauf si, derrière vous allures de baroudeuse, vous êtes une combattante de la dernière génération…
- Sur ce, dit-il en se levant, je vous souhaite bien du bonheur. Et surtout, ajouta-il avant de partir, surtout ne cherchez jamais à me ressembler.

Il fonça vers la jeune princesse, aussi vite que pouvait un être humain en pleine période de récupération. Sans faire attention à elle, il décapita sans autre forme de cérémonie les trois hybrides pleins de crocs et de griffes qui s'apprêtaient à dévorer la belle, serviette blanche nouée autour du cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celiaron

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 19/06/2013
Age : 20
Pays : Siartt

MessageSujet: Re: Les ricochets.   Mar 17 Sep - 16:49


Les pieds de Cély s’enfonçaient dans le sable. De temps en temps elle sentait de petit coquillages. Elle était entrain de rentrer à la maison familiale. Sa mère se fâcherai à coup sur car non seulement elle était partie seule, proche de gens qu’elle ne connaissait pas mais aussi parce qu’elle avait enlever ses collants. Quelle honte...Céliaron, sa fille. Cély s’assit par terre et entreprit de remettre ses chaussures. Elle démêlait ses collants lorsqu’un homme lui fonça dessus, poignard à la main. Cély, qui ne savait pas comment se comporter se roula en boule et mit ses mains sur ses yeux.Elle entendit seulement un bruit de lame. Elle enleva ses mains de devant ses yeux. Cély vit du sang par terre à coté d’elle et sur sa robe. Elle tourna la tête. Trois choses étaient étendues par terre, elles n’avaient pratiquement rien d’humain... sauf une serviette blanche autour du cou. Il y avait du sang partout. Horreur. Au milieu se tenait un homme, de dos... Cély sentit les larmes couler sur ses joues tellement elle avait peur. Un cri était bloqué dans sa gorge, lui empêchant de respirer.
Cély n’arrivait à peine à réfléchir de ce qui c’était passé. C’était son sang où le leurs ? D’un geste instinctif et se palpa les côtes et le cou. Rien. Elle n’avait strictement rien. Pfiouuuu.
Et... ces bêtes étranges...elles étaient....morte ? Si cet homme n’avait pas été là elle aussi serait morte ? Oui... surement.

-Merci beaucoup monsieur. Vous m’avez sauvé de ces « choses ». Dit Cély en essayant d’imiter la voix de sa mère, distinguée. Que puis-je faire pour vous ? Je vous dois la vie.
-Que voulez-vous ?
Céliaron sentit une vague de mots se bousculer dans sa tête et en perdit sa voix cristaline.
-Je ....Vous sauvé... Ma mère peut....Ahhhhhhhh !
Elle voyait trouble à présent. Cély s’évanouit.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci beaucoup Bridgess Pour l'avatar et la signa! Very Happy Ils sont trop beaux!!!! T'es trop forte en graph !! <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ricochets.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ricochets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julian&Maxym ▲ Les ricochets imprévus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Héritage des Darcer RPG :: Edrillon :: Mer d'Olrante/ Golfe du Médant-
Sauter vers: